La Mort de Louis XIV étalonné à Film Factory

Pour travailler l'image de La Mort de Louis XIV, le chef opérateur Jonathan Ricquebourg a choisi de travailler l'étalonnage en compagnie d'Elie Akoka, à Film Factory.

Joué par la légende du cinéma français Jean-Pierre Léaud, Le Roi Louis XIV est en déclin. Après être rentré de promenade, le souverain sent une vive douleur à la jambe. S'ensuit une longue agonie que le spectateur suit dans le huit-clos de sa chambre.

On se souvient des figures de Don Quichotte dans Honor de Cavalleria, ou bien encore de Casanova et Dracula dans Historia de la meva mort. Assurément, Albert Serra aime à s'approprier de grands mythes pour les mettre à l'écran.

La lente agonie du souverain est l'occasion pour le réalisateur de composer une œuvre hors du temps, à la fois poétique et étourdissante.

L'image, méticuleusement travaillée par le chef opérateur Jonathan Ricquebourg, donne au spectateur l'impression qu'il contemple une œuvre picturale. La liberté de la peinture à l'égard du réalisme est un effet recherché par Albert Serra. Il souhaite que l'image et la lumière parte des visages pour arriver sur le décor, et non l'inverse.

« Avec Elie on a suivi la volonté d'Albert Serra qui était d'aller vers une image charnelle. L'ajout de grains et d'effets qui rappellent la pellicule participent à cette recherche d'un rendu organique. Avec les décors d'époque, les textures ainsi que le maquillage, une trop grande définition aurait pu empêcher le spectateur d'adhérer à la dimension documentaire et réaliste de la fiction mise en place par Serra. Les couleurs ont été ternies pour que le film baigne davantage dans tes tons pourpre, ocres, dorés. »

Couplé à une temporalité crépusculaire, le travail de l'image fait de La Mort de Louis XIV une œuvre cinématographique hors norme. Le film est d'ailleurs récompensé du prix Jean Vigo 2016 pour la qualité de sa réalisation. Il a également reçu le grand prix à la huitième édition de L'Ostrava Kamero Oko.